8853 messages

Nombre d'articles et de messages postés depuis l'ouverture. Les articles et messages effacés sont aussi comptabilisés.

- 11844 commentaires

Nombre de commentaires et de hors-sujets postés depuis l'ouverture. Les commentaires et hors-sujets effacés sont aussi comptabilisés.

- 542900 visites

Nombre de visite unique par IP sur 24 heures d'interval.

Entrez dans le monde Avatar de James Cameron...

Communauté Avatar de James Cameron, avec Forum Avatar pour Fan

Inscription

Clique sur "Devenir membre" pour nous rejoindre. C'est gratuit et sans publicités.

Connexion

Pour te connecter, clique sur "Tsahaylu". Si tu ne te rappel plus de ton Password (Mot de passe), n'hésite pas à en recevoir un nouveau en utilisant le lien "Password oublié ?".

Devenir membre

Le formulaire doit être intégralement complété et le règlement lu pour espérer la protection d'Eywa.

Un email valide doit être au format "votre.identifiant.mail@serveur.ext". Par exemple haeresis@communaute-avatar.fr est un email valide.

:

Le symbole bleu représente le sexe masculin alors que le symbole rose représente le sexe féminin.

:

Une date valide doit être au format "jj/mm/aaaa". Par exemple 18/07/1988 est une date de naissance valide.

:

Et toi ? Es-tu avec la nature depuis toujours ou le film t'as t-il donné envie de retourner vers elle ?

: Avatar Na'vi

En cliquant sur ce bouton vous confirmez accepter le règlement et les condition d'utilisation du site.

Ton Password est celui que tu as reçus par email sauf si tu l'as changé sur le site dans ta fiche membre.

:

Cette option ne fonctionnera pas si votre navigateur vide automatiquement vos cookies à sa fermeture.

Retour à la connexion

Il manque le champ Né(e) le.

Le champ Né(e) le doit être au format jj/mm/yyyy.

Il manque le choix Sexe.

Il manque le choix Origine.

Il manque la réponse Anti-bot.

La réponse Anti-bot est mauvaise.

Le Password est incorrecte.

Tous les champs ne sont pas remplis.

Tu n'es plus autorisé(e) à te connecter.

...et poursuivez l'aventure au sein de la Communauté Avatar

Afficher la zone de connexion
Messages de L'assassin à plusieurs visage... < Section RP < Communauté
L'assassin à plusieurs visages - 0 message - Consulté 600 fois
par Tsany
#9367 - L'assassin à plusieurs visages - le 9 Oct. 17 à 01h02
Aucun avatar
Chapitre 20 : Le boomerang

Tsuwokan étais en exploration dans la forêt pour la chasse, cherchant un Yerik pour ce soir. il sautait d'une branche à l'autre du haut des arbres.  Il leva la tête et vit le temps, radieux quelques instants plus tôt, commencer à se couvrir et une brume commença à apparaître, risquant de compliquer sa chasse.

Tsuwokan en levant la tête: Mmmh...ça se couvre, espérons que je puisse avoir une proie avant que l'endroit ne devienne impraticable.

A peine eut -il terminé cette pensée que la pluie commença à tomber. Le jeune com'ava remarqua, par la suite, une ombre passant au dessus de lui se demandant qui cela pouvait bien être
L'ombre ressemblait à celui d'un Ikran qui semblait chercher un abri face à la tempête commençant à s'intensifier

Tsuwokan: Mmh, ça a l'air de gâter pour l'ikran en haut.

L'ikran continua sa route malgré l'intensité en raison de la proximité du Keltural du clan du jeune chasseur
Le jeune chasseur, voyant l'ikran voler vers son clan, fit une moue songeuse avant de rentrer rapidement.  Avec le temps empirant, il était préférarble de rentrer plutôt que de risquer une chasse compliquée.

Tsuwokan: bon, on dirait qu'on va devoir compter sur les autres chasseurs pour manger...

L'ikran, mouillé, atterrit vers la plus grande branche du Keltural malgré le vent commençant à souffler. Sa chevaucheuse descendit aussitôt et essora ses cheveux noirs mouillés Son arrivée créa une certaine activité au sein du clan. Tyhu, s'étant aperçut d'un visiteur, monta en haut pour voir de qui il s'agissait

 La jeune femme avait les cheveux arrivant à sa nuque et dressé à l'arrière. Elle portait un couvre poitrine finement perlée de vert foncé. Elle portait des sorte de petits boucle d'oreilles ainsi qu'un pagne rouge foncé où deux petite dagues étaient positionnés à ses feux flancs. Son corps na'vie était normale mise à part une poitrine légèrement plus grosse que la moyenne : J'espère que c'est aussi ici ma itan. Sinon, on va devoir encore chercher.

Tyhu: oel ngati kameie.
La jeune chevaucheuse se tourna vers elle et la salua avec respect : Oel ngati kameie ma tsmukte
Tyhu: Je ne te reconnais pas, de quel clan est tu?

L'inconnue scruta les yeux de Tyhu furtivement avant de répondre.

Tsuwokan: Je viens d'un clan de chevaucheur d'Ikran du sud.
Tyhu: quel est son nom?
Jeune chasseurs: Les Aubes. Je me demande encore pourquoi ils ont ce nom malgré mon temps passé avec eux
Tyhu d'une mine interrogative: Etrange, je ne me rapelle pas de ce nom de clan..Mais qu'importe! Vous voulez sûrement vous abriter?
Jeune chasseuse: Car ils sont assez éloignés malheureusement. Oui si vous pouvez. Nous ne pouvons pas voler avec une telle tempête
Tyhu: sran, entrez. je vais prévenir notre Olo'eyktan de votre venu.

Jeune chasseuse la remercia d'un signe de la tête avant de se mettre à attendre, regardant Tyhu s'éloigner et descendre pour prévenir l'olo'eyktan.
De l'autre côté,Tsuwokan parvint enfin à arriver au Kelutral, la pluie dégoulinant sur sa peau et ses cheveux, signe de la violence de l'averse.Toutefois, cela ne le dérangeait pas pour autant.
La jeune femme regarda la pluie s'abattre avec rage tandis que son ikran était allée se réfugier à une des branches abritant les ikrans en attendant le retour de Tyhu. Enfin, sa patience fut récompensée car Tyhu revint aussitôt

Tyhu: notre Olo'eyktan vous offre son accord.. Venez
Jeune fille la remercia et murmura : C'est peut etre elle

Tsuwokan rangeait ses affaires au dessus de son hamac quand il vit sa partenaire suivit d'une na'vi inconnue du clan.  Celle-ci regarda les environs du Kelutral d'un rapide regard, se rappelant de son enfance

Tyhu voyant son partenaire: mon amour, tu est rentré plus vite que d'habitude.

Jeune na'vie écouta attentivement et murmura à elle même : Pas elle, on dirait

Tsuwokan à sa femme: Le mauvais temps en est responsable. Je suppose que c'est la cavalière que j'ai aperçut il y a peu?
Jeune na'vie : Je me nomme Litya. Le temps m'a surpris et j'ai du trouver refuge le temps que ça se calme 
Tsuwokan: Tu devais te rendre à quel clan?
Jeune na'vie: Les Menariya Tunti. Je pensais trouver une représentante envers Tyhu mais la réputation de ce clan me font douter maintenant que j'y pense
Tyhu: Comment cela?

Cela attirait également la curiosité de Tsuwokan. Quel était vraiment ce clan et son histoire? Il n'en avait jamais entendu parler jusque là.

Litya : Les Menariyas Tunti tirent leurs noms de la couleur de leurs yeux et je ne sais pas à quel point ils doivent être oranges 
Tsuwokan:Tu voulais les rejoindre?
Litya : Non. Mais mon frère a eu une relation avec une femme ayant des yeux oranges. J'ai donc pensé à eux 
Tsuwokan: Je vois...et bien j'espère que tu y arrivera sans encombre. du moins quand le temps sera plus favorable.
Litya : Je l'espère aussi mais je ne sais pas si je la trouverai avec seulement la couleur de ses yeux comme détail.
Tyhu: nous ne saurions t'aider malheureusement.
Litya soupira de tristesse : On verra quand j'y serai. Les omatikayas m'ont indiqué l'endroit de leur Kelutral mais la tempête m'a surpris 
Tsuwokan: Peut-être pourrai-je t’accompagner? Ce clan m'intrigue.
Litya : Ça ne me dérangerait pas. Et puis, ça vous permettra de connaître l'allié des omatikayas 
Tsuwokan: Entendu alors.

Cela lui permettrait de connaître davantage sur ce mystérieux clan qui était étrangement lié au clan du sixième Toruk Makto.

Litya : Et vous, ma Tyhu ?
Tyhu: cela serai intéressant de vous suivre en effet. Srane, je vous suivrai.

Il aimerait bien que son amour l'accompagne mais il respecterait sa décision si elle décidait du contraire.

Litya : Dans ce cas, autant vous raconter ce que je sais
Tsuwokan : Nous t'écoutons
Litya : Les Menariya tunti ont été des amis de mon clan natal à cause du rapprochement entre nos deux Tsahiks. Ils n'aiment pas beaucoup les humains et sont des combattants hors pairs, attachés à leurs honneurs et traditions

Aie. Ils n'appréciaient pas les humains. Sa présence risquait de compliquer les choses.

Tsuwokan: Je risque de poser problème avec ce clan.
Litya : En effet. Mais ils sont censés à avoir disparu après une attaque des humains
Tyhu: Et ensuite?
Litya : Ils sont très reconnaissables par leurs yeux oranges et sont encore plus croyants qu'un clan normal. C'est tout ce que je sais

Tsuwokan réfléchissait à ce qu'il venait d'apprendre. Leur histoire a profondément été marqué par son ancien peuple, ce qui pouvait expliquer leur haine pour son espèce. Mais comment leur montrer qu'il était de leurs côtés sans risquer sa vie ?

Tsuwokan:  Mmmh...il faudra faire attention tout de même.
Litya : Oui. La tsahik des omatikayas m'a indiqué l'endroit mais la tempête m'a surpris et voilà
Tyhu: Nous devrions attendre la fin de la tempête si nous voulons nous y rendre.
Litya : En effet. La tempête était trop forte pour tenter une sortie

Litya semblait songeuse, ses oreilles et sa queue trahissait cette réflexion.

Tsuwokan remarqua ses songes: Quelque chose ne va pas ma Litya?
Litya : rien. J'espère juste ne pas me tromper. Avec seulement les yeux comme détail, ça va etre compliqué de la retrouver

Elle n'avait pas forcément tort si tous les membres du clan ont bien les yeux oranges. Mais au moins, ils pourraient pas se tromper sur l'origine de la mystérieuse fille.

Tyhu: Tu la trouveras, ne t'en fais pas.

Litya fit un sourire, comme pour se rassurer elle même.

Litya: Je l'espère. C'était la dernière personne à connaître mon frère 
Tsuwokan: On t'aidera si nécéssaire, pour l'instant repose toi et viens te sécher au foyer
Litya : Très bien. Je vous laisse me guider. Je suis une invitée après tout

Tyhu et Tsuwokan la guidèrent au foyer où elle pu reprendre des forces jusqu'à la calmi . Ce calme espéré ne viendra que le lendemain. En effet, la tempête dura le reste de la journée, ne laissant de répit que le jour suivant.
Chacun des trois voyageurs s'équipèrent soigneusement de leurs arcs et armes de mêlées consistant à des glaives pour Tsuwokan et des dagues pour les deux jeunes femmes ainsi que des provisions pour eux et leurs montures en cas de changement de temps durant le voyage qui ne devait durer qu'une journée normalement, d'après les indications de Litya.
Litya vérifia son équipement et attendit le signal des deux tourtereaux avant de s'envoler. Curieuse, elle ne put s'empêcher de se montrer indiscrète.

Litya: Vous êtes en couple depuis combien de temps ?

Tsuwokan fit un sourire en coin, semblant amusé.

Tsuwokan: C'est privé, tu sais?.

Litya abaissant les oreilles, sa curiosité lui a fait oublié la politesse

Litya: Désolée
Tsuwokan: Ce n'est rien ,je ne t'en veux pas.

Litya termina son équipement et fit le lien avant de la monter. Elle scruta le ciel. Il était parfaitement dégage et le vent n'était pas trop fort. Elle espérait que ça durerait jusqu'à l'arrivée aux Nariya Tunti.
Enfin, Tsuwokan chevaucha Txepvì, sa partenaire chevaucha son Ikran et commencèrent à prendre leur envol. Quant à Litya, elle les suivit aussitôt et prit la tête afin de les guider vers ce qu'elle se rappelait des indications de Neytiri
 Tsuwokan et Tyhu  la suivirent de près, lui faisant confiance pour la direction à prendre.
Litya alla en direction du nord est, volant une petite minute avant que son ikran s'arrêta soudainement, feulant sa frustration
Tsuwokan tournant autour d'elle pour ne pas s'éloigner. Qu'est ce qui a pu justifier une réaction si soudaine et agressive de la part de l'Ikran? Il a du percevoir quelque chose de dangereux.

Tsuwokan: qu'est ce qu'il se passe?
Litya : Je ne sais pas. Il a dit sentir un objet l'effleurer
Tsuwokan : Tu comprends ce qu'il dit?

Il se sentit un peu bête sur le coup, ce qui fit rire intérieurement sa monture d'après les pensées qu'il percevait. Soudain, un objet en forme de V toucha par son bout droit toucha la tête de Tyhu, pas assez fort pur l'assommer. Mais cela ne manqua pas d'inquiéter son partenaire.

Tyhu: Aïe!
Tsuwokan un peu inquiet: Qu'y a t il ma chérie?
'Tyhu (se tenant la tête):Quelque chose ma frappé

L'objet, interrompu dans sa trajectoire, tomba dans la forêt  en dessous des jeunes chevaucheurs qui continuèrent à chercher la source de la menace.
 
Tsuwokan: Quelqu'un a vu ce que c'était?

Litya scruta l'horizon et vit un objet en bois en forme de V tomber dans la forêt.

Litya en pointant du doigt: Là!
Tsuwokan:Tout le monde, on atterrit.

Litya suivit le couple tandis que l étrange objet tomba en tournant sur lui même, frappant les feuilles avant de tomber sur le sol. Tsuwokan fut le premier à poser le pied sur le sol et à examiner l'objet qu'il n"eut aucun mal à reconnaitre.
Il était bordé de traits jaunes et rouges  sur chaque côté. Au centre, une sorte de tigre peint en noir, gueule ouverte. Du moins, ça y ressemblait. Cela suffisait à intriguer le jeune  humain.

Tsuwokan: C'est...un boomerang?!
Litya : C'est quoi un boomerang ?
Tsuwokan: Un objet utilisé par les très anciens indigènes Sawtute, il servait à assommer un animal et a tendance à revenir vers son propriétaire en raison de sa forme
Litya : A assommer et à revenir ? Pourquoi Tyhu n'a pas été assommé ? 
Tsuwokan: Surement qu'il n'est pas assez efficace contre un na'vi. après tout nous sommes plus robuste que des humains
Litya ; Quel intérêt d'utiliser cet objet donc ? 
Tsuwokan: Je l'ignore. à la limite comme loisirs. cela peut amuser de voir cette objets revenir
Litya : S'amuser ? Comment on peut s'amuser avec çà ?
Tyhu: je me pose la même question.
Tsuwokan: C'est tros long a expliquer et ce n'est ni le lieu ni le bon moment pour en parler, reprenons la route...
Litya regarda cet objet avant de dire : Peut etre son propriétaire cherche son " boomerang :

Le trio se mit alors à inspecter la forêt, à la recherche du propriétaire qui ne se montrait pas.

Tyhu: c'est risqué d'utiliser cela en pleine forêt. qui peut bien s'en servir?
Litya : Je l'ignore également. Je n'ai jamais vu cet objet auparavant

Tsuwokan regarde autour d'eux afin de chercher la présence de na'vi ou d'humain dans les environs.  L'objet était peut être tombé plus loin du propriétaire que celui ci prévu. Il ramassa  donc le boomerang et l'accrocha à sa sacoche.

Tsuwokan: Bon, reprenons la route, nous verrons plus tard.
Tyhu: srane
Litya : En effet. D'après les indications de Neytiri, nous sommes dans leurs territoires. Leur Kelutral n'est pas loin 
Tsuwokan: Alors ne trainons pas. Maktoko!
- Connexion - Inscription
- pilote Avatar - Affinité Eywa : 39 - Niv. chasse : 7
par Tsany
#9368 - L'assassin à plusieurs visages - le 9 Oct. 17 à 01h15
Aucun avatar

Posts: 79
Karma: 0


Re: RP Tsylan
« Reply #40 on: Today at 05:58:49 pm »

Quote
Modify
Remove
Chapitre 22 :  Naissance

La nuit passa et bientôt la lumière du jour se manifesta,

Tsuwokan fut l'un des premier à se lever, laissant Tyhu poursuivre sa sieste après avoir posé un baiser sur son front. Lutsey s'était levée également, gênée par des douleurs au ventre. Elle se leva et descendit, espérant que la douleur passera

Tsuwokan descendit peu après puis vit Lutsey se tenir le ventre.  Vu l’état avancé de sa grossesse, il se doutait que l’accouchement pouvait arriver n’importe quand et c’était peut être déjà un signe.
Lutsey sentit l'énergie de Tsuwokan mais la douleur la préoccupait trop pour y faire attention

Tsuwokan : Vous avez un problème ma Olo'eyktan?
Lutsey reprenant sa respiration: Un peu mal au ventre
Tsuwokan : vous devriez vous asseoir un moment au foyer. je vous aide?
Lutsey grimaçant de plus en plus : Je veux bien, s'il te plaît

Tsuwokan la soutint pour l'emmener au foyer et la fit asseoir doucement.

Tsuwokan : Srane, respirez profondément maintenant.

Lutsey reprit sa respiration calmement. Néanmoins, la douleur s'accentua

Tsuwokan : Nang. ça n'as pas l'air de se calmer...je me demande si vous n'êtes pas en train de perdre les eaux.
Lutsey grimaçant, se retenant de crier : Je crois bien oui.

Tsuwokan d'un air grave, commença à déposer sa sacoche et à sortir deux trois onguents

Tsuwokan : Et comme par hasard il y a personne. bon.

Joltsyn apparut a ce moment là, semblant inquiète. Elle arriva à leurs niveaux.

Joltsyn: Par Eywa ! 

Tsuwokan étala un des onguents sur le ventre de Lutsey.

Tsuwokan :Vous tombez bien ma Tsahik, votre soeur a bien l'intention d'accoucher.

Joltsyn commença a l'allonger.

Joltsyn: Je l'ai senti

Tsuwokan une fois l'onguent étalé, se mit à côté de Lutsey, laissant là place à Joltsyn.

Tsuwokan : Sran, avec ce que j'ai étalé sur son ventre, elle sentira moins la douleur.

Lutsey cria néanmoins en sentant la douleur ne cessant de croitre.

Joltsyn : Écarte tes jambes ma sœur.
Tsuwokan : Je la maintiens?
Joltsyn : Oui. Car ça va la faire souffrir et elle risque de s'agiter

Tsuwokan tint Lutsey par les épaules et les bras.

Tsuwokan : Sran, je suis prêt, allez-y

Lutsey cria encore plus fort et serra les poings sous la souffrance. Cela suffit pour réveiller tout le Kelutral.

Joltsyn : Pousse sœurette
Lutsey : Je ne fais que ça !!

Tsuwokan parvint à maintenir Lutsey tant bien que mal.

Joltsyn: Chaque minute compte ma sœur. Donc prends ta respiration et pousse. Je peux t'aider mais je dois voir la tête

Lutsey obéit et se remit à pousser. Déjà de l'activité commença à se manifester. Au sein du Kelutral. Les cris ayant réveillé les membres. Tyhu se leva en sursaut, se demandant d'où venait tous les cris.
Tsylan passa devant elle en courant, montrant une certaine nervosité de sa part. Litya se réveilla en entendant les cris de lolo'eyktan.

Tyhu: que se passe t'il?
Litya : Je ne sais pas. Ca a l'air de venir d'en bas 

Lutsey reprit son souffle tandis que sa sœur l'encourageait.

Tyhu: alors je descend moi aussi.

Lutsey se remit de nouveau à pousser tandis que des visages curieux commençaient à apparaître sous la colère de Ludsey qui ne tarda pas à envoyer bouler.

Joltsyn : Ça ne facilite pas les choses tout ce monde. Par Eywa, où est Tsylan ?
Tsuwokan : Je me posais la même question. Pour un futur père il est drôlement absent.

Tsylan arriva a ce moment là un peu essoufflé. Il essaya de faire disperser la foule pour ne pas compliquer la naissance, promettant de présenter l'enfant quand il sera née

Tsuwokan : Tiens, quand on parle du loup...

Tsylan alla ensuite au côté de sa femme qui ne tarde pas à lui faire une remarque.

Lutsey : Tu étais où ?
Tsylan : Tu sais, c'est un peu difficile de deviner quand tu pars dans ton coin
Tsuwokan : Vous vous disputerez un autre jour s'l vous plait, ce serai triste que le nouveau né assiste à cela
Lutsey : La ferme ! J engueulé mon mari si je veux !
Joltsyn : Lutsey! On se calme. Tu ne facilites pas les choses.
Tsylan : Écoute les ma yawnetu. Fais ton travail et tu pourras m'engueuler après

Tyhu arriva, voyant alors ce qu'il se passait

Tyhu: par Eywa!

Lutsey ne dit plus rien et continua de pousser.


Quand Ney’wa ouvrit les yeux, elle sentit une froideur sur son dos. Elle se tourna et vit le mur d’une base. A ce moment là, des souvenirs de son enfance revinrent, et pas des plus agréables.

Ney’wa, en soupirant : Encore…

Cependant, elle vit une trace de moisissure sur le mur, prouvant un retour de la végétation. Mais où était-elle ? Elle tenta de se rappeler des circonstances qui ont pu la mener jusqu’ici. Elle avait envie de sang, elle en était sûre. Puis, elle reçut des mini seringues à divers endroits de la peau qui lui ont administré un neutralisant. Elle pouvait voir des traces de piqures sur les genoux, le ventre et les épaules. Pourtant, la base semblait en ruine et la porte n’était pas fermée. Elle était même détruite si  on se fiait au trou ‘d’ouverture assez longue pour qu’elle puisse passer. Elle en sortit et ce qu’elle vit manqua de la faire vomir. Dans des cellules, des ossements étaient encore présents. Leurs tailles suffisaient à lui montrer que c’était des enfants.  Ney’wa pensa aux siens qui ont été capturé avec elle. Qui ont partagé ses tourments et qui n’ont pas eu la chance de survivre. Un sentiment de culpabilité non fondé, l’envahit en repensant à ce cauchemar. Elle tourna la tête et vit une pièce contenant des consoles. Elle le savait pour avoir entendu les scientifiques lui faisant passer des batteries de test quand elle était jeune, en parler. Ceux-ci étaient envahis par la végétation et par la rouille. En entrant, elle entendit un craquement et sentit une piqure au pied gauche. Elle se retint pour ne pas exprimer sa douleur. Elle s’assit  et inspecta la blessure. Ce fut à ce moment là qu’elle aperçu qu’elle avait marché sur un crâne. Un crâne humain. Le haut du squelette était dans un piteux état. La cage thoracique était en petits morceaux, comme si’elle avait subi une série de violents coups, laissant entrevoir le sort de la propriétaire. Elle parvint à extraire le morceau d’os coincé sur son pied, qui montrait un petit trou sur son pied commençant à saigner.  Elle tenta de contrôler la malédiction que les Sawtute lui avaient imposée. Mais cette lutte incessante était épuisante et le résultat était un équilibre fragile, menaçant de se rompre à tout moment.

Ney’wa : Je dois sortir d’ici. Ou je ne pourrai plus rien contrôler.

En se relevant, elle vit que ce squelette n’était pas le seul dans la pièce. La jeune guerrière discerna un autre auquel il lui manquait les bras et les jambes.  Un autre était sur le dos et c’était le seul encore intact. En luttant contre elle-même et la douleur de son pied gauche, elle se mit en chemin. Durant sa route, elle vit d’autres squelettes, qui étaient coupés en deux ou la tête manquait. Elle ferma les yeux pour ne plus rien voir. Enfin, elle trouva l’entrée qui était une grande ouverture. Derrière la porte défoncée, se tenait également le reste d’un squelette où seuls les bras et les jambes étaient encore visibles. Enfin, elle parvint à la lumière du jour et put remarquer que celui-ci s’apprêtait à coucher. Une odeur l’alerta soudain. Une odeur qu’elle ne reconnaissait pas, mettant ses sens aux aguets. Un ombre se dessinait devant elle qui semblait être une adolescente âgée d’au moins dix-sept ans, pas plus. Enfin, elle arriva à son niveau

Uniltiranyu : Te voilà enfin réveillée.

La jeune uniltiranyu entra, portant sur son dos un étrange sac qui, malgré l’usure, restait tout de même solide et semblait plein. Elle reconnut la fille qui s’était interposée contre les Sawtute par ses trois plumes bleus foncé qui surplombaient sa chevelure et le bâton combat sur son dos. Par ailleurs, le bandeau qu’elle tenait auparavant à sa main gauche, entourait ses yeux.

Ney’wa : Qui es tu ?
Uniltiranyu : Quelqu’un qui t’as sorti d’une fâcheuse situation. Tu devrais faire attention au lieu d’attaquer sans réfléchir, Dracula pandorienne. Heureusement pour toi que j’étais dans le coin !
Ne’ywa : Vous avez tué les Sawtute ?
Uniltiranyu, en souriant : Ils ne m’ont pas vraiment laissé le choix si tu veux savoir. Bon, tu as faim, je suppose ?

Le gargouillement du ventre de Ney’wa la trahit. Cet appétit est démontré par ses iris noirs.

Ney’wa : Je ne me nourris...
Uniltiranyu, en cherchant dans son sac: De sang. Je sais. Ce n’est pas pour rien que je t’appelle la Dracula pandorienne. Bon sang, où  je l’ai mis?

Elle plongea sa tête dans le sac continuant à chercher. Pendant ce temps, Ney’wa réfléchissait sur cet étrange personnage. Elle était jeune. Pourtant, elle avait la sagesse d’une adulte même si des détails rappelaient son jeune âge. Et cette adolescente semblait accepter sa présence sans la craindre alors qu’elle avait vu le monstre qu’elle pouvait être.

Uniltiranyu : Ah voilà ! J’espère que tu aimes bien le sang de yérik car je n’ai attrapé que cela aujourd’hui. Je remercie Eywa d’ailleurs car ce n’était pas gagné.
Ney’wa : Ca fera l’affaire.

Elle sortit cinq sortes d’étrange packtage rouge qui étaient fermés par une sorte de bouchon.

Uniltiranyu : Fais-toi plaisir. C’est tout ce que j’ai pu collecter. J’espère que ça te suffira.
Ney’wa : Il le faudra.

Ney’wa en prit, retira le bouchon et commença à boire. L’adolescente se contenta des fruits qu’elle a ramenés. Ney’wa fut étonnée que l’adolescente en ait prit cinq mais qu’en plus, que la taille ne et le poids de ceux-ci (en effet, les fruits et légumes de Pandora peuvent atteindre soixante centimère et peser 5 à 9 kilos) ne semblait pas la déranger. Les fruits étaient de diverses couleurs allant du jaune au violet. Elle prit un violet, inséra ses crocs et en déchira une partie pour la mâcher, libérant un jus qui entoura ses lèvres. Elle finissait ensuite la partie restante par deux mâchouilles.

Ney’wa : Tu n’as pas pris de chair animale ?
Uniltiranyu : Pas eu le temps. Des Banshee sauvages trainaient dans les environs. J’ai pu au moins prélever le sang sur la bête.
Ney’wa avant d’entamer le deuxième : Qui es tu ?
Untiliranyu : Une femme voulant la paix comme toi.
Ney’wa après avoir terminé sa beuverie : Comment ça ?
Unitliranyu : Disons que je n'ai pas eu une vie facile. Comme toi.

Sur ces paroles, elle prit un petit fruit qu'elle dévora devant une Ney'wa interrogeative, buvant  le sang que son hôte avait prélevé.

Ney’wa : Mais, tu es un membre de leur espèce! Je ne comprends pas.
Unitliranyu : C'est assez compliqué à expliquer.

La jeune na'vi n'essayait pas de savoir davantage car elle se doutait qu'elle n'obtiendrai pas davantage. L'uniltiranyu reprit un fruit qu’elle dévora avec délice en se léchant les babines.

Ney’wa : Comment tu t’appelles ?
Uniltiranyu : Je me nomme Tsany. Et toi ?
Ney’wa : Ney’wa.
Tsany en faisant le salut na’vi: Enchantée de te connaitre ma Ney’wa
Ney’wa en l’imitant: Moi de même.

Il eut un instant de silence où les deux continuèrent leurs repas avant que Ney’wa l’interrompit.

Ney’wa après avoir terminé le cinquième sachet: Pourquoi m’as-tu emmené ici ?
Tsany : Qui viendrait chercher dans une demeure de métal en ruine ?
Ney’wa : Pas faux. Mais tu as du te douter que ce lieu me rappelle des souvenirs que je préfererai oublier.
Tsany : Moi aussi. Je n’ai jamais dit que ça me plaisait.
Ney’wa : Qu’est il arrivé à cette base ?

Tsany termina son dernier fruit qui était jaune avant de répondre.

Tsany : Tu as du remarquer des ossements venant d'enfants ?
Ney’wa : Oui
Tsany : Eh bien, les occupants de cette base ont commis l’erreur de les enlever pour s’en servir comme cobaye. Cela a mis en furax un clan et  les divers ossements de Sawtute ainsi que l’état délabré de cette base, sont  les résultats de sa colère.
Ney’wa : Et qu’est devenu ce clan ?
Tsany, baissant les oreilles : Il été détruit. Les Sawtute les ont exterminés en représailles de ce qu’ils ont fait ici.
Ney’wa : Tu en connais des choses, tawtute. Par ailleurs, tu dégages une étrange odeur. Comme si…

Tsany resta silencieuse, suçant ses doigts pour capturer l’odeur sucrée d’un fruit.

Ney’wa : As-tu fait tsahaylu ?
Tsany : Non
Ney’wa : Pourtant, je perçois deux odeurs en toi.
Tsany : Ton odorat est exceptionnel, guerrière aux longs crocs.
Ney’wa ; Je …

Soudain, elle se rendit compte d’une anomalie. Tsany ne parlait pas de la même manière et son odeur avait changé.

Ney’wa : Vous n’êtes pas Tsany…. Qui… qui êtes vous ?

Cette façon de parler semblait familière à Ney’wa.

Tsany : En effet. Je partage ce corps avec celle que tu appelles Tsany, Ney’wa.  Maintenant, ferme les yeux.
Ney’wa : Pourquoi ?
Tsany : Tu comprendras.

Ney’wa ne savait pas pourquoi mais quelque chose en elle la poussait à lui faire confiance. Elle ferma les yeux et sentit le contact de la main de Tsany sur son épaule gauche. Immédiatement l’environnement changea. Elle se retrouva dans une forêt bordée d’arbres des Ames.

Ney’wa : Où suis-je ?
Tsany : La prochaines fois Naltsyn, préviens moi quand tu invites quelqu’un dans ma tête !
Naltsyn : Pourtant tu as su la bloquer à l’entrée.  Tu t’améliores petite chose fragile. Pourtant, n’oublie pas qu’ici,  c’est moi la gardienne.
Tsany : Peut être mais ça ne t’autorise pas à faire ce que tu veux !

Naltsyn… Ce nom lui disait quelque chose. Elle tourna la tête et vit une tawtute à la chevelure noire dressé en arrière sous la forme «  de queue de cheval » comme disait les Sawtute du clan Com’Ava.  L’humaine portait d’étranges vêtements. Ils étaient d’un noir sombre et une sorte de chainon gris montrait la présence d’une capuche.

Elle observait d’un œil sévère à l’aide ses yeux verts, une Na’vi comme elle. Le visage jeune de celle-ci semblait familière à Ney’wa alors que ses vêtements lui  sont inconnus mise à part le collier à dents et l’accessoire violet décorant sa queue. En effet, la Na’vi portait un buste en tissus qui commençait de ses épaules et avant bras jusqu’au ventre. Celui-ci dissimulait ses seins, lui donnant un côté sauvage et raffiné. Au niveau de son cache sexe violet, une sorte de ceinture faite en perle  Sur son avant bras, un brassard de couleur marron. Un bandeau ornait son front, éclairant son visage.



Naltsyn : Bienvenue Ney’wa. Ici, personne ne pourra épier notre conversation.
Tsany : Mouais.
Ney’wa : Votre visage… me dit quelque chose. On se connait ?
Naltsyn : Sans doute. J’étais la Tsahik des Oltyis

A l’évocation de ce nom, des images revinrent dans sa tête.  Des guerriers s’écroulant un par un, sous les balles des Sawtute. Et en particulier, celle de leur Tsahik reconnaissable, par ces vêtements rouges luttant contre leurs adversaires malgré ses nombreuses blessures et qui s’écroula finalement, d’une balle dans la tête.

Ney’wa : Naltsyn Lu’utzin Tilwa ite ?
Tsany : Tu es une célébrité, on dirait.
Naltsyn : Pour nos alliés et ma famille, oui.

Quand elle eut la confirmation de son identité, Ne’ywa ne put s’empêcher de verser  une larme.

Naltsyn : Je ne peux imaginer ce que tu as du subir.
Ney’wa : Je vous ai vu mourir. Vous ainsi que tant de mes frères et sœurs. J’ai eu peur et honte de n’être que la dernière encore en vie.
Naltsyn : Tu n’es plus seule maintenant. Je suis là.

Elle pleura un moment. Tout le  chagrin et la tristesse qu’elle avait su retenir jusque là se déversa. Mais elle parvint à se reprendre peu de temps après.

Ney’wa : Vous avez vu ce que je suis devenu.
Naltsyn : Oui
Ney’wa, baissant les oreilles : Vous devez penser que je suis un monstre.
Naltsyn : Regarde-moi. Si je te considérai comme tel, penses tu que je t’aurai laissé entrer ?

Ney’wa ne vit aucun dégoût, ni peur dans les yeux de la Tsahik. Plutôt un soulagement.

Naltsyn, sourit : Au contraire. Je suis soulagée de voir qu’un de nos enfants ait survécu,  continuant de faire vivre notre clan. Ce que t’ont fait les Sawtute n’influence en rien mon opinion. J’ai pu voir ce que ceux-ci font également aux leurs. Tsany en est un parfait exemple. Cependant, certains sont éclairés comme le prouvent les unitliranyu du clan des Com’Avas.

A l’évocation de son clan adoptif, Ney’wa ne put s’empêcher de penser à son amour Neywe qu’elle a du laisser derrière elle pour sa sécurité et peut être également à cause de la peur de ce qu’il penserait d’elle.

Naltsyn : S’il t’aime vraiment, il t’accepterait tel qu’elle.
Ney’wa : J’aimerai croire que ça soit si simple.
Naltsyn : Tout pouvoir a son lot de responsabilité et de défauts. Le tout est de l’accepter.
Ney’wa : Je l’ai fait et le résultat n’était pas aussi meilleur.
Naltsyn : L’as-tu vraiment accepté ?

Ney’wa resta muette à cette question. Que pouvait-elle dire ?

Naltsyn : Ce n’est pas parce que tu le penses que ça l’est. Accepter ce que tu es est un long  et difficile travail de soi-même et qui doit être fait en quotidien. Moi-même, j’ai parfois du mal bien que je fasse des efforts.
Tsany : Tu as fini Naltsyn ?
Naltsyn : Pourquoi ?
Tsany : Dois je te rappeler qu’ici, c’est ma tête !!!! Déjà que je dois accepter Reypay, ce qui est loin d’être facile, mais en plus, tu fais rentrer des gens sans demander mon avis ! C’est une violation de mon intimité ! Je te rappelle qu’on partage le même corps !
Naltsyn : Des fois tu es mature ma Tsany. Cependant, ton comportement montre parfois ta jeunesse.
Tsany : Oui j’ai dix sept ans et alors  Ca te dérange ?
 
Ney’wa sentit ensuite un vent fouetter son visage apportant une mélodie à ses oreilles. Elle ferma les yeux pour les rouvrir à la base, devant Tsany ou Naltsyn.

Naltsyn : Elle est finalement plus douée que je le pensais. Et dire qu’avant elle était toute petite, sans défense.
Ney’wa : Vous parlez de Tsany ?
Naltsyn : Oui.
Ney’wa : Je dois bien admettre que cette tawtute a un fort caractère. Ca ne doit pas être facile pour vous.
Naltsyn : Non. J’ai l’habitude. Je l’ai vue grandir et évoluer.

Elle tourna la tête vers la sortie, où la luminosité de la nuit révélait la beauté cachée de la forêt.
- Connexion - Inscription
- pilote Avatar - Affinité Eywa : 39 - Niv. chasse : 7
Messages de L'assassin à plusieurs visage... < Section RP < Communauté
L'assassin à plusieurs visages - 0 message - Consulté 600 fois
-1 -1 bioluminescence Atteindre quelle page ?